LE NOUVEAU MAGAZINE LITTÉRAIRE, Kerenn Elkaïm, avril 2019


« Roman photo »

« Hemingway la surnommait “Capa’s Girl”, comme si une femme se réduisait à être la muse d’un homme célèbre, Robert Capa. C’était mal connaître Gerta Pohorylle, à la personnalité bien trempée. Son heure a enfin sonné : elle apparaît désormais en pleine lumière. […]

Issu d’une famille républicaine espagnole, Serge Mestre ne pouvait qu’être sensible à ce destin engagé, étroitement lié à l’histoire. Au fil des pages, il décrit son éveil politique, professionnel et personnel. Ainsi le roman nuance son amour pour Capa. Indomptable, Gerda aspire à rester libre. Une émancipation précipitée par l’urgence de vivre. Cette femme courage est morte dans la fleur de l’âge. […] »