LE SOIR, Pierre Maury, samedi 28 – dimanche 29 mars 2020


« La mort était déjà au cœur d’un autre ouvrage de Catherine Mavrikakis, publié à Montréal il y à vingt ans. Deuils cannibales et mélancoliques vient d’entrer au catalogue de son éditrice française. […]

Ici, tous les morts, et ils sont nombreux, s’appellent Hervé bien qu’ils ne meurent pas tous comme Hervé Guibert, du sida “Ce mot ennemi, mon compagnon de vie”. La menace, contrairement à celle de L’Annexe est clairement identifiée. Et d’autant plus qu’elle se répand en toute liberté, dans des vies non confinées. […] »