FRANCE INFO, Georges-Marc Habib, librairie L’Atelier (Paris XXe), samedi 17 septembre 2016


« À livre ouvert »

« Pour moi, c’est le roman qui est le plus enthousiasmant de cette rentrée littéraire. […] Pouquoi ? Parce qu’il nous donne un regard un petit peu décalé sur la société telle qu’on la vit aujourd’hui, un regard sur cette société mondiale […], avec évidemment une société multinationale, avec la religion, l’emprise de la religion telle qu’elle est – et tous ses personnages sont ancrés dans ce quotidien, en sont empreints. (Les réseaux sociaux ont évidemment une importance incoyable.) Et avec tout ça, il nous décale un petit peu et nous dit : le seul moyen de nous sortir du marasme dans lequel on est aujourd’hui, c’est de continuer à avancer, continuer à réfléchir, et surtout être fraternels les uns envers les autres. C’est ça, le message de Borel, et c’est en ça, je trouve, que c’est un roman optimiste et enthousiasmant pour cette rentrée. […]

Son objectif, c’est en tout cas de donner un peu de vie à tout ça, et c’est ça qui est bon. C’est-à-dire que tous ses personnages, ceux qui sont en évolution, ceux qui sont vivants, qui regardent le monde avec optimisme, s’en sortent ; les autres ont tendance à disparaître. Donc, restons ouverts et restons joyeux, c’est le message de Vincent Borel. »

Chronique de Georges-Marc Habib, librairie L’Atelier (Paris XXe), à partir de 2’36”, France Info, samedi 17 septembre 2016