LA CROIX, Flora Moricet, jeudi 12 mars 2020


« Pour son troisième roman traduit en français, l’écrivain autrichien Robert Seethaler a imaginé ce qu’auraient à nous dire les défunts de la petite ville de Paulsdadts hommes et femmes partis depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Roman choral, “Le Champ” – qui est le surnom du cimetière –, donne la parole à des personnages sans grande histoire, pas vraiment grandiloquents, de tous âges et de tous milieux sociaux : journaliste, fleuriste, prostituée, facteur, prêtres… Il fallait une écoute attentive pour saisir en si peu de mots – chaque personnage se raconte en un court chapitre – la trame sensible d’une seule vie. Que reste-t-il de nos morts ? Robert Seethaler répond par fragments de souvenirs, brèves visions, délicates déclarations d’amour et de solitude, dans un style éclatant de simplicité […] »