WWW.PLUSLAPRESSE.CA, Chantal Guy, 15 avril 2020


Quand les affiches “ça va aller”, ou même l’optimiste “ça va bien aller”, ont commencé à se multiplier, j’ai spontanément pensé au titre du roman de Catherine Mavrikakis, Ça va aller, paru en 2002. Ce qui fait sourire, car Mavrikakis a une vision de la vie plutôt pessimiste, voire désespérée parfois – et c’est comme ça qu’on l’aime, d’ailleurs.

[…]

Un bon prétexte pour piquer une jasette avec l’une des écrivaines les plus influentes du Québec, qui insiste pour donner ses cours à distance à ses étudiants – “car il faut montrer qu’on est encore là, les adultes”, dit-elle.