LIVRES HEBDO, Olivier Mony, jeudi 24 septembre 2020


L’ombre au tableau

« C’est un livre né d’un chagrin et qui incite autant aux souvenirs qu’à la réflexion. En septembre dernier à Pantin, Christine Renon, directrice d’école maternelle se donnait la mort. Le choc pour Michèle Lesbre fut immense. L’auteure du sublime Canapé rouge (Sabine Wespieser éditeur, 2007) fut elle-même enseignante pendant plusieurs dizaines d’années, jusqu’en 1995, dans de nombreuses écoles différentes, rurales, bourgeoises ou situées dans des quartiers difficiles.
Le Tableau noir qu’elle livre aujourd’hui est donc vraiment noir. Mais  avant d’essayer de comprendre comment les missions premières de l’école ont été dévoyées, tout en livrant un hommage vibrant à ceux dont enseigner est le métier, Lesbre fait d’abord le récit de ce qu’elle appelle ses “cinquante ans de vie à l’école“, depuis l’époque où elle était elle-même élève.
C’est dire combien l’héritage de la vocation pédagogique des “hussards noirs de la République” est ici présent. De cette histoire, la nostalgie ne peut pas être tout à fait absente. Elle est là, mais sans fadeur. L’auteure sait aussi parfois se faire acide, lorsqu’elle raconte ses années d’apprentissage à l’École normale et surtout, dès qu’il s’agit d’évoquer l’état des choses, l’oubli des valeurs fondatrices d’égalité et d’enseignement du savoir par une politique de gribouille qui croit plus à la technologie qu’aux enseignants. »